La Quebrantahuesos à Sabinanigo (Aragon) – 200 km et 3500 m D+

La Quebrantahueoss est la plus importante cyclosportive espagnole avec près de 11000 participants

C’était ma quinzième participation à cette épreuve que j’adore pour son ambiance festive et pour son parcours immuable et mythique dont la moitié se déroule en France dans mes chères vallées béarnaises.

Je portais le maillot de la Patrouille Green Cycling invitée chaque année par l’organisateur très soucieux du respect de l’environnement car l’épreuve traverse à deux reprises des espaces situés dans le Parc National des Pyrénées. De grands champions emblématiques et très sympa du cyclisme espagnol était présents au départ : Purito Rodriguez (dossard 1), Miguel Indurain, Oscar Pereiro, Abraham Olano, Haimar Zubeldia … et ils se sont gentiment prêtés au jeu des photos avec nous pour promouvoir l’éco-responsabilité.

Le temps était beau et chaud après une longue période de mauvais temps sur les Pyrénées.

Après la traversée de Sabinanigo dans laquelle des milliers de spectateurs étaient présents, les vingt premiers kilomètres à plus de 40kmh sur l’autoroute reliant Jaca étaient comme toujours très stressants et une énorme chute collective s’est produite heureusement sans grave conséquence. C’est avec soulagement que j’ai abordé les premières pentes du col Somport mais j’ai rapidement senti que les jambes n’étaient pas au rendez-vous et que la journée allait être difficile. De nombreux spectateurs étaient présents dans les deux derniers kilomètres avant la frontière et la rapide descente en vallée d’Aspe jusqu’au pied du col de Marie Blanque où régnait une chaleur humide étouffante. Dans les quatre derniers kilomètre à 11% de moyenne, j’étais complétement planté et j’ai dû m’arrêter deux fois pour faire descendre le cardio en me demandant si j’allais pouvoir continuer …

Après la descente et quelques kilomètres de plat dans la vallée d’Ossau, il fallait attaquer les 29 km de montée du col du Pourtalet (1793m). Je ne me suis pas découragé et j’ai maintenu un rythme correct jusqu’au ravitaillement situé à 10 km du sommet où j’ai apprécié les quartiers de pastèques très désaltérants préparés par les bénévoles. Un petit vent favorable un peu rafraîchissant nous a aidé jusqu’au sommet avant une rapide descente sur le versant espagnol. Restait alors à gravir une dernière difficulté sur  la vertigineuse petite route en corniche au-dessus du lac de Bubal dont les deux derniers kilomètres à 10% mènent au village de Hoz de Jaca dans une ambiance de fiesta. Paradoxalement, c’est dans cette ascension que je e suis senti le mieux, comme quoi il ne faut pas se décourager … Ensuite, j’ai parcouru les 25 derniers kilomètres plutôt descendants bien à l’abri du vent dans un groupe d’une trentaine de cyclistes.

Je termine 4709èmeau milieu du classement en 8h21 à24 kmh de moyenne soit une heure de plus que mon meilleur temps sur cette épreuve réalisé en 2015 mais je reste néanmoins dans les temps de la médaille d’or de ma catégorie (55-65 ans).

Le lendemain de l’épreuve, j’ai participé avec la Patrouille Green Cycling à une exemplaire opération de ramassage des déchets par les bénévoles dont je vous invite à lire mon compte-rendu ainsi que celui de l’épreuve sur le site

http://www.eco-cyclo.org/

Pierre Gadiou

Laisser un commentaire