Week-end Belge du 30et 31 mars

Recette :

  • 9 cyclistes et unecycliste de l’AS MeudonCyclo (plus un invitéItalientrès sympa)
  • 2 grands barquettes de frites Belge bien grasses par personne
  • 2 ou 3 cuillèresà soupe de mayonnaise par personne
  • Au moins 2 litres de bonne bière Belge,bien mérité,par personne
  • 2 assiettes copieuses de pâtesou de pizzas par personne
  • Une andouillette aux maroilles pour le régime un peu spécial de l’une des locomotives bien connue du club
  • Abondance de ces délicieusesGevulde Honingwafel (gaufre fourrée au miel)– spécialité Belge heureusement difficile à trouver à Meudon pour ceux d’entre nous qui sont un peu trop gourmands
  • Multiple ravitaillementssuperbement bien organisés – assez pour réussir à prendre quelques kilos pendant un weekend où on espérait en perdre
  • Plusieurs « monts » bien raides à > 15% mais pas très longs pour confirmer qu’on est bien au plat pays
  • Quelques kilomètres de pavés, certaine en montée jusqu’à 22% (mais les pavés bien rangés – rien à voir avec le champ de bataille de la Trouée d’Arenberg)
  • 5 ou 6 kilomètres de « plugstreets*» pour être en phase avec la mode actuelledu gravel(et pour faire la transition avec laStradeBianche renduecélèbre en France depuis 3 semaines)
  • Un vent à décorner les bœufs flamands venant du nord-ouest le dimanche matin
  • 1 gros orage le dimanchequ’on a vu à l’horizon avant de (à contrecœur) s’enfoncer dedans – assez pour être bien trempé et pour rendre les pavés du Paterberg impossiblespour la plupart des Meudonnais – il y a que les artistes belges pour y arriver car ils ont dû manger ce type de galère depuis leurs berceaux
  • Suffisamment de soleil le samedi pour faire le premier léger bronzage de l’année
  • 2 réveilstrès matinaux (05h30 et 06h00 mais après un passage à l’heure d’été – dur, dur)
  • Jusqu’à 360km de bitume, béton, pavés et gravillons selon envie – majoritairement les petites routes de campagne si particulièreà laBelgique et avec très peu de circulation.  (Souvent en béton – le paradis pour l’ancien bétonnier que je suis – pourquoi je n’ai pas réussi à vendre ça en France ?)
  • Une traversée de la très jolie ville de Ypres -ça donnaitenvie de retourner découvrir, entre autres, sa cathédrale gothique avec son immense flèche
  • Quelques jolis moulins à vent en bois (est-ce qu’il sont toujours en état de marche?)
  • 6700 coureurs, le samedi, principalement Belges, pour entourer les Meudonnais et probablement autant le dimanche
  • un mystère – comment les belges apprennent-ils à sauter sur leur vélo sur des pavés mouillés sur une pente de 22 °?

Voilà les ingrédients pour faire un weekend Belge bien réussiavec l’AS Meudon Cyclo !

Samedi 30 mars 2019 :  Cyclo Gent – Wevelgem– juste avant la belle victoire de Alexander Kristoff le dimanche à 46kmh.  Pas de Norvégiens au club mais 4 coureurs (Pierre, Yves, Bernard, Bruno) sur le long parcours de la course des pros de 219km et 4(Gilles-Antoine, Jérôme, Alan, Jean-Jacques) sur le « petit » parcours de 139km.  Beau temps et peu de vent.  Au programme les monts mythiques de Cassel, Kemmelberg et Noir. Passages en France, en Wallonie et bien sûr dans les Flandres, pays qui produit un nombre incroyable de machines à rouler (surprenant – j’ai eu l’impression qu’ils parlent peu de français et sont plus à l’aise en anglais.)  Vitesse moyennelimité par un nombre incroyable de virages à 90° souvent avec des gravillons.  Pas le plus beau parcours du pays mais quelques kilomètressympas le longde la rivièreLeieavec le vent de dos pour avoir l’impression de finirà la vitessedes pros.

Dimanche 31 : Cyclo E3 Johan Museeuw – le surlendemain du succès de Zdenek Stybar à 43kmh devant deux Flamands. Partant de Harelbeke, très joli parcours casse pattes, beaucoup plus varié que le samedi et avec en prime les fameux Paterberg, Oude Kwaremont et Taaienberg.  Pierre, Yves, Gilles-Antoine, Jérôme sur le long parcours de 148km ; Christian, Bernard, Alan sur 119 et Jean-Jacques sur 78.(J’ai quand même pris un coup de vieux quand Nicolas, notre invité Italien, nous a doublé comme un avion à 20k de l’arrivée alors qu’il avait déjà fait 30km de plus que nous !).

Et n’oublions pas Nicole qui a fait autant de kilomètres que les gars pour collecter ses points de passage dans le Nord.

Merci au bureau du club pour l’organisation de ce super weekend.  C’était une découverte pour moi après mon baptême sur La Ronde l’année dernière. Et à tout le club je dis que si vous n’avez pas encore fait ce pèlerinage au Mecque de la petite reine, je recommande fortement de le faire pour découvrir l’ambiance si différentede ce plat(?) pays à forte culture vélo.

(*plugstreets = d’étroits chemins mi-terremi-gravier qui sillonnent le Bois de Ploegsteert (dans l’entité wallonne de Comines-Warneton), théâtre de la cruelle guerre des tranchées lors du conflit de 14-18. Un conflit dont on fêtera le centième anniversaire de l’Armistice le 11 novembre prochain.)

Alan


Rallye de Boulogne Etangs de Hollande Châteauneuf Boulogne du 6/4/19

Merci pour votre participation massive au rallye de Boulogne de samedi dernier permettant de rapporter une coupe du 3ème club le mieux représenté, 21 cyclos Meudonnais , 6 sur le 220km AR jusqu’à Châteauneuf  et 15 sur le 110km AR jusqu’au étangs de Hollande. Quel plaisir de voir autant de Meudonnais se lever de si bon matin pour venir rouler par beau temps sur une belle randonnée.

Weekend flahute des meudonnais (2/2)

Grand Prix E3 Johan Museeuw Cyclo – dimanche 31 mars 2019

Le dimanche matin à 7h45, nous avons pris le départ du Grand Prix E3 à Harelbeke

2000 cyclistes étaient présents sur cette épreuve.

Gilles, Yves et moi sur le grand parcours de 149 km et 1800 mètres de dénivelé.

Alan, Bernard, Christian et Jérôme sur le parcours de 119 km

Nicole et Jean-Jacques sur le parcours de 78 km

Souffrant d’une blessure mal placée, Bruno n’a malheureusement pas pu prendre le départ.

Le temps était moins favorable que la veille : température de cinq degrés, un vent assez fort et une grosse masse nuageuse vers le nord un peu inquiétante.

Tous les meudonnais ont roulé ensemble jusqu’à la séparation des parcours vers le quarantième kilomètre.

Le grand parcours incluait 12 côtes (berg en flamand) souvent très raides dont quatre monts pavés mythiques qui figurent régulièrement au programme du Tour des Flandres : Taienberg, Stationsberg, Paterberg et Oude Kwaremont.

Une grosse averse nous a bien arrosés peu avant l’ascension du célèbre Taienberg, mur pavé de 900 mètres avec une pente de 16% dans lequel Tom Boonen a souvent attaqué. Lorsque les pavés sont trempés, ce genre d’ascension est encore plus stressant et nous étions soulagés d’atteindre le sommet sans encombre. Les liaisons entre ces côtes se faisaient sur des petites routes en mauvais état avec des descentes très raides et un peu dangereuses. Je n’étais pas en grande forme après les efforts de la veille et handicapé par une tendinite au bras droit persistante. Yves et Gilles ont dû m’attendre un peu ce dont je les remercie. Vers le 80ème kilomètre, la côte en mauvais pavés du Stationsberg pas très raide mais longue d’un kilomètre nous a bien secoués. Cependant, le plus dur restait à faire.  Au centième kilomètre, après un virage à droite à 90 degrés, se présentait le Paterberg, mur pavé de 400 mètres avec une pente maximale de 20,3% dans lequel Fabian Cancellara a forgé ses victoires dans le Ronde et le E3. Ne pas mettre pied à terre dans cette côte est un défi qu’Yves et moi avons réussi alors que de nombreux cyclistes finissaient à  pied. Cinq kilomètres plus loin, il nous fallait affronter le célèbre Oude Kwaremont, la plus longue côte pavée de Belgique (2,2 km) classée depuis 1993 dont la pente maximale est de 11,3%. Après une rapide descente, se présentait le Karnemelkbeekstraat, redoutable côte surnommée le col E3 longue de 1,5 km avec un long passage à 18%, dans laquelle Peter Sagan a bâti sa victoire dans le E3 à deux reprises. Un ravitaillement au sommet était bienvenu avant les quarante derniers kilomètres comprenant deux côtes raides: le Kluisberg et le Tiegemberg et une vinqtaine kilomètres plats face au vent. A une dizaine de kilomètres de l’arrivée, j’ai laissé filer Gilles et Yves pour terminer calmement et très satisfait ce magnifique parcours avec une moyenne de 24,2 km/h.

Nous avons retrouvé les autres meudonnais et partagé frites et bière dans une ambiance joyeuse avant de reprendre la route vers Paris.

Ce weekend dans les Flandres nous a tous ravis et permis à certains de découvrir ce terrain de jeu unique qui fait partie de la légende du vélo, un passage incontournable dans une vie de cycliste.

Pierre Gadiou

Le weekend flahute des meudonnais (1/2)

10 membres de l’AS Meudon Cyclisme ont participé les 30 et 31 mars 2019 à deux randosportives belges organisées sur les parcours des célèbres classiques flandriennes Gand Wevelgem et Grand Prix E3.

Nous nous sommes retrouvés le vendredi soir dans la banlieue de Lille dans un hôtel de Wasquehall à 25 kilomètre de Wevelgem (départ de Gand Wevelgem) et 29 km de Harelbeke (départ du Grand Prix E3) et avons passé ensemble deux soirées conviviales agrémentées de quelques bières belges.

Gan-Welvelgem Cyclo – 30 mars 2019

Le samedi matin à 7h00, nous avons pris le départ de Gand Wevelgem Cyclo qui a réuni 6700 participants, 24 heures avant la course des pros. Les conditions météo étaient idéales : peu de vent ce qui est rare dans cette région, température de 7 degrés au départ et 18 degrés en milieu de journée, ciel bleu sans nuage.

Bernard, Yves, Bruno et moi-mêm avons effectué le grand parcours de 215 km,

Alan, Gilles, Jean-Jacques, Jérôme avaient opté pour le moyen parcours de 145 km

Dès le départ, nous avons emprunté à très vive allure des petites routes au revêtement parfois très dégradé dans la campagne flamande qui dégageait des odeurs d’épandage pas très agréables. De nombreux changements de direction nécessitaient des relances assez physiques et une grande prudence en raison de la présence fréquente de gravillons. Quelques faux plats montants ne facilitaient pas la tâche et après avoir suivi un peloton extrêmement rapide pendant une trentaine de kilomètres, nous avons décidé de lever un peu le pied pour préserver nos forces compte tenu de la suite du programme.

Au km 45, nous sommes passés sous l’arche de Menin construite en mémoire des soldats de la première guerre mondiale) et devant le magnifique monument gothique de la Halle aux draps à Ypres où un premier ravitaillement nous attendait.

La suite du parcours nous menait vers le Nord en direction de la mer dans les Moeren, zone plate et sans arbre redoutée par les cyclistes en raison du vent souvent présent qui nous a fort heureusement épargné en cette belle journée. Bruno a été victime d’une crevaison dans un nid de poule malheureusement non signalé par les cyclistes qui le précédaient. Nous sommes donc repartis à quatre avant d’être rejoint par d’autres groupes. Une trentaine de kilomètres plus loin, à l’entrée d’un petit secteur pavé, c’est Bernard qui a crevé et nous sommes à nouveau repartis à quatre mais avons rapidement réintégré un petit peloton.

Vers le 135ème kilomètre, nous avons abordé la partie accidentée du parcours avec huit côtes sur une quarantaine de kilomètres dont le célèbre Mont des Cats, le Mont Noir et le Mont Blanchisserie et pour finir l’ascension du mythique Mont Kemmel dont les 500 derniers mètres couverts de pavés très rustiques constitue un véritable défi avec une pente maximale de 23%. De nombreux cyclistes ont terminé cette ascension à pied et j’étais heureux en arrivant au sommet d’avoir réussi à rester sur mon vélo à la limite de l’équilibre sur mon braquet de 34X28 que j’ai trouvé bien gros …

Après la descente et quelques kilomètres très roulants, se présentaient les Plugstreets qui sont au programme de la course des pros depuis deux ans, cinq kilomètres de petites routes non goudronnées et poussiéreuses tracées en souvenir de soldats au milieu des champs et de cimetières de la Première Guerre Mondiale.

Après un dernier ravitaillement situé à trente kilomètres de l’arrivée, nous avons roulé à près de 40 km/h le long des berges de la Lys avant de passer sous l’arche d’arrivée sur la Vanackerestraat à Wevelgem avec une moyenne roulée de 30 km/h sur l’ensemble du parcours de 215 km et 1150 mètres de dénivelé.

A l’arrivée, Jean-Jacques qui en avait terminé avec le parcours de 145 km nous attendait. Tradition oblige, Jean-Jacques et moi, habitués de cette épreuve, avons accompagné Bernard, Bruno et Yves dans un petit troquet situé à côté de la ligne d’arrivée pour savourer frites, saucisses et bière dans une bonne ambiance et recharger les batteries avant le Grand Prix E3. Nul doute qu’après cette belle journée, les meudonnais qui ne connaissaient pas le parcours de cette classique regarderont la course de pros différemment, notamment l’ascension du terrible Kemmelberg.

Pierre Gadiou

Compte rendu séjour 2019 de Ste Maxime

Durant notre semaine plus venteuse que les années passées mais garantissant le beau temps, les 18 cyclos dont 2 femmes ont sillonnés les route varoises du dimanche au vendredi inclus, cumulant les kilomètres entre 134 ,pour Sylvie une de nos accompagnante, et 690 km pour Yves et Michäel.        Nous déplorons que les rafales ont eu raison de l’un d’entre nous, Emmanuel, en le renversant et projetant son destrier de l’autre coté de la chaussée, il s’en sortira avec des commotions et une énorme frayeur. Cette année plusieurs de nos nouveaux membres ont eux aussi fortement appréciés les prestations de l’hôtellerie et le cadre bucolique de ce séjour.

Christian C

Raid des Alpilles 2019

Le Raid des Alpilles : 19 mars 2019 à Saint-Rémy-de-Provence

Sur le chemin du retour du stage de l’AS Meudon à Sainte-Maxime, je me suis arrêté à Saint-Remy de Provence pour participer au Raid des Alpilles, ma première cyclosportive de l’année. Près de neuf cents cyclistes étaient présents dont une centaine de femmes qui ont pris le départ à 9h15, un quart d’heure avant les hommes et ont fait l’objet d’un classement distinct, une nouveauté très appréciée.

Au départ, mon ami Patrick François, créateur de l’épreuve en 1998 et président de Green Cycling a rappelé à tous l’obligation de respecter l’environnement remarquable du Parc Naturel Régional des Alpilles dans lequel se déroule l’épreuve en conservant ses déchets sous peine de disqualification en cas de non-respect des consignes.

Le niveau global des participants était très élevé avec la présence des meilleurs cyclosportifs français, de nombreux coureurs de la région et de Yoann Bagot, professionnel de l’équipe  Vital Concept-B&B hôtels, venu en voisin.

Après une semaine marquée par de fortes rafales de vent en Provence, ce Raid des Alpilles s’est déroulé dans une atmosphère calme sous un ciel un peu couvert qui a laissé place au soleil en fin de matinée pour le plaisir de tous.

Le parcours vallonné de 119 kilomètres et 1250 mètres de dénivelé, idéal à cette époque de l’année, permettait de découvrir les plus beaux aspects du massif des Alpilles au milieu des champs d’oliviers et des amandiers en fleurs dominés par de spectaculaires falaises blanches de calcaire urgonien emblématiques de la région et très appréciées des amateurs d’escalade.

Dès le départ, les trois kilomètres d’ascension du Pas des Plaines (240m) grimpés à bloc ont mis mon organisme à rude épreuve. Après la descente dans le cadre somptueux des Baux de Provence, j’ai réussi à m’insérer dans un groupe d’une trentaine de cyclistes roulant à très bonne allure dans lequel figurait également mon ami Eric Vallade bien connu des habitués de Longchamp. A mi-parcours, une succession de côtes comme le Pas de la Figuière (247m) à proximité du petit village d’Aureille a opéré une nouvelle sélection. J’ai réussi à suivre la tête du groupe et nous avons rattrapé quelques participants pour former un nouveau groupe d’une trentaine de participants. Eric, victime d’un saut de chaîne sur un dos d’âne, a malheureusement dû attendre un autre peloton pour lutter contre le vent.

La suite du parcours ne présentait pas de grosses difficultés et j’ai suivi le groupe sans problème en restant bien à l’abri. Avant l’arrivée, sur une route étroite et un peu dangereuse, je me suis laissé glisser à l’arrière pour éviter tout risque de chute.

A l’avant, un groupe de cinq coureurs emmené par Marc Faure et David de Vecchi  a bouclé le parcours en 2h58 à 39,8 kmh et chez les filles Emilie Rochedy en 3h16 à 36,0km/h

Je termine très satisfait cette belle épreuve de début de saison à la 397ème place en 3h28 à 34,0 km/h de moyenne et 21éme sur 50 de ma nouvelle catégorie 65-69 ans, oui le temps passe, il faut donc en profiter…

Pierre Gadiou

Atelier mécanique Vélo du Docteur Christian !!!!!

Les vidéos des ateliers mécaniques sont en ligne sur notre page 
Facebook. Merci à Gilles pour leur réalisation.

1er) Freins                  (Réglage, centrage, changement étriers ou patins)

2eme) Vérification Transmission (Pignon, longueur de chaine, usure)  Réglages des dérailleurs

3) Réglage de la position

4) Dévoilage de roue

Baptême piste à Saint Quentin en Yvelines

Samedi 26 janvier, 10 meudonnais ont eu la chance de rouler sur le parquet du Vélodrome National, grâce un baptême encadré par l’expérimenté coureur de 6 jours Jean-François Guiborel et le talentueux sprinter de l’équipe de France Benjamin Edelin.

Premier briefing avant de monter en selle

Après la prise en main du matériel prêté pour l’occasion, chacun a pris le temps de se familiariser avec sa monture au centre de la piste, avant de monter au bord du parquet et d’écouter les conseils et consignes de sécurité. Effectivement, on ne monte pas sur une piste sans un minimum de précautions, délivrées avec beaucoup de pédagogie par nos 2 maîtres du jour, non sans humour parfois.

Concentration au maximum avant les premiers tours de roue

Vient enfin le moment de s’élancer sur l’anneau. D’abord au plus proche du centre, puis sur la côté d’azur. Suivant le rythme de Jean-François, aux manettes pour diriger le groupe sur le vélo, et répondant aux consignes de Benjamin au micro, nos 10 meudonnais ont progressivement pris leurs marques sur la piste de 250m.

Quelle satisfaction pour ceux qui n’avaient jamais goûté cette sensation que de grimper au sommet des virages avant de replonger en prenant de la vitesse!

Ça roule dur pour nos coureurs!

Au bout de 20min dont 10 à allure libre, les cuisses sont dures mais les sourires en disent long sur l’expérience vécue par chacun. Nul doute que l’on parlera de cette journée lors de nos prochaines sorties club, et que d’autres chanceux voudront goûter à ce plaisir unique!

Merci enfin aux spectateurs venus participer à ce moment fort agréable!

Une sélection de photos est en ligne sur notre page Facebook ICI

Compte rendu de réunion 15 janvier 2019

Chers membres de la section cyclisme, veuillez trouver ci-dessous le compte rendu de notre dernière réunion de section, qui s’est tenue mardi 15 janvier dernier, en présence d’une bonne trentaine d’adhérents.

Bonne lecture, et rdv le 19 février pour notre prochaine réunion club. Vous pouvez toujours nous transmettre vos questions/remarques/suggestions par mail à l’adresse bureau@asm-cyclo.fr