Weekend flahute des meudonnais (2/2)

Grand Prix E3 Johan Museeuw Cyclo – dimanche 31 mars 2019

Le dimanche matin à 7h45, nous avons pris le départ du Grand Prix E3 à Harelbeke

2000 cyclistes étaient présents sur cette épreuve.

Gilles, Yves et moi sur le grand parcours de 149 km et 1800 mètres de dénivelé.

Alan, Bernard, Christian et Jérôme sur le parcours de 119 km

Nicole et Jean-Jacques sur le parcours de 78 km

Souffrant d’une blessure mal placée, Bruno n’a malheureusement pas pu prendre le départ.

Le temps était moins favorable que la veille : température de cinq degrés, un vent assez fort et une grosse masse nuageuse vers le nord un peu inquiétante.

Tous les meudonnais ont roulé ensemble jusqu’à la séparation des parcours vers le quarantième kilomètre.

Le grand parcours incluait 12 côtes (berg en flamand) souvent très raides dont quatre monts pavés mythiques qui figurent régulièrement au programme du Tour des Flandres : Taienberg, Stationsberg, Paterberg et Oude Kwaremont.

Une grosse averse nous a bien arrosés peu avant l’ascension du célèbre Taienberg, mur pavé de 900 mètres avec une pente de 16% dans lequel Tom Boonen a souvent attaqué. Lorsque les pavés sont trempés, ce genre d’ascension est encore plus stressant et nous étions soulagés d’atteindre le sommet sans encombre. Les liaisons entre ces côtes se faisaient sur des petites routes en mauvais état avec des descentes très raides et un peu dangereuses. Je n’étais pas en grande forme après les efforts de la veille et handicapé par une tendinite au bras droit persistante. Yves et Gilles ont dû m’attendre un peu ce dont je les remercie. Vers le 80ème kilomètre, la côte en mauvais pavés du Stationsberg pas très raide mais longue d’un kilomètre nous a bien secoués. Cependant, le plus dur restait à faire.  Au centième kilomètre, après un virage à droite à 90 degrés, se présentait le Paterberg, mur pavé de 400 mètres avec une pente maximale de 20,3% dans lequel Fabian Cancellara a forgé ses victoires dans le Ronde et le E3. Ne pas mettre pied à terre dans cette côte est un défi qu’Yves et moi avons réussi alors que de nombreux cyclistes finissaient à  pied. Cinq kilomètres plus loin, il nous fallait affronter le célèbre Oude Kwaremont, la plus longue côte pavée de Belgique (2,2 km) classée depuis 1993 dont la pente maximale est de 11,3%. Après une rapide descente, se présentait le Karnemelkbeekstraat, redoutable côte surnommée le col E3 longue de 1,5 km avec un long passage à 18%, dans laquelle Peter Sagan a bâti sa victoire dans le E3 à deux reprises. Un ravitaillement au sommet était bienvenu avant les quarante derniers kilomètres comprenant deux côtes raides: le Kluisberg et le Tiegemberg et une vinqtaine kilomètres plats face au vent. A une dizaine de kilomètres de l’arrivée, j’ai laissé filer Gilles et Yves pour terminer calmement et très satisfait ce magnifique parcours avec une moyenne de 24,2 km/h.

Nous avons retrouvé les autres meudonnais et partagé frites et bière dans une ambiance joyeuse avant de reprendre la route vers Paris.

Ce weekend dans les Flandres nous a tous ravis et permis à certains de découvrir ce terrain de jeu unique qui fait partie de la légende du vélo, un passage incontournable dans une vie de cycliste.

Pierre Gadiou

Laisser un commentaire